FAQs

S’informer pendant la grossesse ? Pourquoi ?


Beaucoup de mamans confrontées à des difficultés d’allaitement regrettent de ne pas avoir eu des informations « plus tôt ». Les informations reçues pendant la grossesse peuvent se révéler essentielles les premiers jours !
Partiriez-vous vers des terres inconnues sans vous préparer et sans bagage ?




Je suis déjà suivie par une sage-femme, un gynécologue (et mon bébé par un pédiatre), pourquoi consulter en plus ?


La consultation d’allaitement est complémentaire du suivi des autres professionnels et ne s’y substitue pas.
De la même manière qu’un médecin généraliste assure votre suivi médical et oriente si besoin vers un ou des spécialistes lorsque le besoin s’en fait sentir, le suivi de votre allaitement devrait bénéficier d’une prise en charge conduite par un professionnel ayant des compétences spécifiques et étendues en lactation humaine, en accompagnement et en suivi de l’allaitement maternel lorsque le besoin s’en fait sentir. Beaucoup de sages-femmes ou de médecins de différentes spécialités orientent leurs patientes vers une consultation d’allaitement lorsque les connaissances de base ne permettent pas de régler les soucis ou d’accompagner le contexte qui est le vôtre.




Comment se déroule une consultation ?


3 axes principaux se distinguent dans une consultation d’allaitement : écoute évaluation-observation identification des stratégies appropriées.
La consultation débute par un temps d’écoute attentive de votre motif de consultation, de votre histoire d’allaitement, de votre projet initial, de votre vécu, dans le même temps qu’est conduite une anamnèse (l’histoire de la “maladie”). La consultation inclut le plus souvent une observation complète de la tétée, un examen de votre bébé et une évaluation de sa succion, un examen des seins si nécessaire, le relevé des éléments importants annotés dans le carnet de santé de votre bébé et parfois de votre carnet de maternité. Tous ces éléments concourent à effectuer une évaluation précise de la situation (par exemple estimer le niveau de production lactée, estimer le niveau de vos difficultés ou de celles de votre bébé, des douleurs..), ce qui permet d’en déterminer les causes. Ce cheminement fait ensemble, en vous délivrant au fur-et-à mesure des informations claires et pertinentes, mène à l’identification de stratégies efficaces et éprouvées.
Enfin, vous choisirez parmi les différentes options possibles (lorsqu’il en existe plusieurs) celle qui vous convient le mieux. Nous définirons ensemble les modalités du suivi qu’il convient de mettre en place et si besoin vous serez également orientée vers des professionnels de santé appropriés si leur intervention est nécessaire (pédiatre, gynécologue, sage-femme, ostéopathe…).




J’ai le sentiment d’avoir déjà tout essayé, pensez-vous vraiment m’apporter quelque chose de plus ?


Si vous lisez ces lignes c’est que vous espérez vous-même y trouver enfin une solution : votre élan n’est pas vain, les témoignages des mamans ayant fait appel à mes services répondront avec authenticité à votre légitime interrogation, la plupart sortent de la consultation en disant “jamais on ne m’avait dit tout cela, et c’est bien dommage de ne pas l’avoir su avant ! .
Comme beaucoup d’autres mamans qui n’ont pas eu connaissance de Lait’xcellence auparavant vous arrivez peut-être ici éreintée et avec le sentiment d’être au bord du précipice.. C’est normal si vous rencontrez des difficultés car la maternité décuple la force des ressentis, positifs ou négatifs. Et l’idée de mettre une fois encore beaucoup d’énergie dans l’application de conseils qui ne porteraient pas leurs fruits vous fait peur.
Avez-vous déjà été suivie par un professionnel spécialiste de l’allaitement, une IBCLC ? Non ? Alors vous n’avez pas tout tenté ! Vous avez déjà consulté une consultante IBCLC ? Un deuxième avis peut vous être utile comme dans d’autres situations et l’expertise dont je vous ferai bénéficier fera probablement la différence.
Et si votre situation a trop traîné pour y apporter une solution satisfaisante, je ne vous bercerai pas d’illusions ni ne vous laisserai errer seule en difficulté, la chute serait terrible et ce serait un manque de conscience professionnelle de ma part, en revanche je vous aiderai à comprendre pourquoi, à regarder ensemble la situation et à bâtir un autre projet sur-mesure. Prendre Rdv avec Muriel




Pas de prise en charge par la Sécurité Sociale, pourquoi et qu’en penser ?


Pourquoi ? La Caisse d’Assurance Maladie comme son nom l’indique est initialement destinée à prendre en charge les frais liés aux pathologies médicales. Les connaissances permettant un abord professionnel, pertinent et spécialisé de l’allaitement sont récentes et jusqu’à présent les problématiques d’allaitement ont plus été considérées comme et reléguées au rang de "petits soucis de bonne femme” qu’à des problèmes relevant d’une indispensable prise en charge pour des raisons évidentes de santé publique ; à tel point que ces connaissances ne sont toujours pas intégrées dans la formation initiale de la plupart des professionnels. En 2010, le rapport du Pr Turck, a préconisé la prise en charge de deux consultations effectuées par un professionnel formé à l’allaitement .. mais cela n’a pas été suivi d’effet, malheureusement ! ...N’oublions pas que le lobbying industriel est puissant en France et s’insinue dans beaucoup de politiques de santé. Le tout récent plan concernant les 1000 premiers jours de vie devrait nous aider à progresser dans le bon sens .
Qu’en penser ? À titre de comparaison une consultation chez un ostéopathe ou un psychologue peut être facturée entre 50 et 80 euros pour 30mn à 1h ; et ces consultations sont un réflexe fréquent chez une jeune maman car les bénéfices à en tirer ont jusqu’à présent été mieux portés à votre connaissance que ceux de la consultation en allaitement qui sont encore trop méconnus. Les besoins d’une consultation en allaitement sont souvent urgents et s’organiser pour vous répondre rapidement est aussi quelque chose d’exigeant. Enfin et surtout, beaucoup parmi vous consultez pour des difficultés qui supposeront plus ou moins rapidement un arrêt de l’allaitement si votre seul recours est celui des consultations couramment prises en charge. La sécurité sociale remboursera -t-elle toutes les boîtes de préparation pour nourrissons et bouteilles d’eau que vous achèterez tout le temps de son besoin de lait ? Bien sûr que non ! Comparez les coûts : une boîte de PPN 0-6 mois à 20 euros sert pour 10 jours environ, en 30 jours vous aurez déjà dépensé 60 euros, ajoutez à cela les bouteilles d’eau, le matériel en quantité suffisante .. des associations de parents estiment entre 550 et 800 euros le coût de l’alimentation artificielle pour les 6 premiers mois (uniquement en eau et préparation pour nourrissons).
Et enfin, à moins de traverser une situation économique très difficile, pensez à l’énergie qu’il en coûte de perdre confiance en soi, de vivre avec un sentiment d’échec qui mettra parfois des années à être surmonté : ne seriez-vous pas plus heureuse d’investir dans ce qui compte tant pour vous : réussir à allaiter votre bébé ?




Consultante en lactation IBCLC, conseillère en allaitement quelle différence ?


Un(e) consultant(e) en lactation certifié(e) IBCLC est titulaire d’un diplôme international dont l’obtention doit être renouvelée tous les 5 ans pour vous garantir un excellent niveau de prise en charge. L’accès à l’examen international de l’IBLCE est soumis à des pré-requis stricts (temps de formation théorique - expérience pratique du candidat - connaissances en anatomie, physiologie, terminologie médicale..). Ce métier très encadré bénéficie d’une reconnaissance intellectuelle de la part de représentants avisés en allaitement du corps médical mais sa reconnaissance parlementaire demeure attendue et pour l’heure beaucoup de gens ignorent ce qu’est une consultante IBCLC : il est donc aisé d’entretenir une confusion qui dessert le métier. De nombreuses mamans qui ont allaité un ou plusieurs enfants peuvent faire profiter leurs amies ou leur entourage de leur expérience, et c’est une richesse incontestable, mais certaines vont se considérer comme des conseillères en allaitement. Une maladresse qui instaure une grande confusion dans l’esprit des gens qui font un amalgame entre animatrices bénévoles de groupes de soutien, marraines d’allaitement, accompagnantes en allaitement, conseillères et ...consultantes en lactation IBCLC ! La plupart des termes précédemment cités étant le plus souvent auto-proclamés. Faire appel à une consultante certifiée IBCLC c’est trouver une professionnelle compétente qui sache évaluer votre situation et mobiliser les ressources nécessaires pour atteindre votre objectif.





Questions sur les services
Questions courantes sur l’allaitement

J’ai des crevasses.. on m’a dit que cela passerait bientôt..mais ça ne passe pas


Important à savoir : la douleur en allaitant n’est pas normale, même les premiers jours. Elle est le plus souvent due à une prise du sein qui gagnerait à être améliorée pour être indolore. Plus la guérison tarde, plus vous vous exposez à des complications infectieuses qui retardent et entravent la cicatrisation. Il est important d’apporter une solution correcte et rapide à la douleur lors des tétées car, outre le désagrément intolérable pour vous, elle expose aussi votre nouveau-né au risque de ne pas recevoir assez de lait. Les mères qui ont vu leurs douleurs guérir seules ont eu la chance que leur bébé rétablisse de lui-même une meilleure prise du sein : beaucoup ne bénéficieront pas de cette chance et souffriront longtemps inutilement ! Les consultations les plus fréquentes dans le premier mois de vie d’un bébé sont liées aux crevasses, souvent (mais pas toujours) associées à une prise de poids lente.
Les crevasses qui apparaissent plus tard dans l’allaitement alors que tout allait bien sont souvent liées à un facteur infectieux et dans ce cas ne peuvent guérir sans traitement approprié, en les laissant pour compte elles vous exposent à des complications au niveau du sein qu’il est souhaitable d’éviter.
Vous pourrez aussi trouver de l’information ici.




Je sors de la maternité, mes seins sont très tendus, durs et douloureux .. j’ai envie de tirer le lait mais on m’a dit surtout pas de tire-lait au début, ça aggraverait la situation..


Votre situation, un engorgement à la montée laiteuse, est à considérer avec sérieux pour plusieurs raisons : vous souffrez, les seins s’abiment, vous risquez de rapides complications inflammatoires voire infectieuses du sein (mastite), votre bébé pourrait être en difficulté pour prendre le sein et votre lactation ne s’établira pas de manière optimale si vous restez ainsi, ce qui sera très préjudiciable à la poursuite de votre allaitement en fonction des circonstances qui entourent la naissance de votre bébé et de votre projet. Dans l’urgence, si vous ne parvenez pas à mettre bébé au sein ou que ça ne suffit pas, vous devriez tirer le lait jusqu’au soulagement. L’engorgement survient généralement lorsque la conduite d’allaitement n’est pas optimale ou parce que vous êtes dans une situation particulière : les deux devraient vous inciter à consulter pour initier un bon démarrage et éviter de compromettre votre projet et votre santé ainsi que celle de votre bébé. Vous pouvez également lire cet article.




J’ai encore du mal à me sentir à l’aise quand je donne la tétée..


Même s’il est vrai qu’il faut parfois du temps pour trouver ses repères, les connaissances récentes sur les capacités et comportements du nouveau-né, les avancées spectaculaires en terme de biomécanique humaine peuvent servir à trouver rapidement du confort dans les tétées, la mise au sein .. être heureuse de se sentir bien avec un bébé au sein qui vous paraît à l’aise autant que vous. La consultation peut être motivée pour cette raison. Vous pouvez aussi lire ces billets.




Mon bébé, né récemment et de moins d’un mois fait peu de selles..


Beaucoup de personnes vous rassureront, “peu de déchets dans le lait maternel, le bébé absorbe tout”.., victimes de la confusion avec le phénomène physiologique de selles rares chez le bébé allaité survenant possiblement mais après 4 à 6 semaines de vie. Au cours des premiers jours ou du premier mois, une retard d’émission du méconium, des jours sans émission de selles, des selles de faible volume doivent vous amener à consulter un pédiatre pour écarter une maladie sous-jacente et également consulter un professionnel de l’allaitement pour évaluer la conduite de l’allaitement car le plus souvent il s’agit de procéder à des ajustements nécessaires et plus ou moins importants de la façon de mener l’allaitement.




Mon médecin a diagnostiqué une mastite ; on me dit de cesser l’allaitement temporairement..


Que la mastite soit inflammatoire ou comporte une composante infectieuse : le drainage fréquent, TRÈS fréquent des seins par votre bébé, et aussi par un tire-lait si besoin, est l’élément essentiel du traitement. Dans la plupart des cas poursuivre l’allaitement n’est pas contre-indiqué (sauf si votre bébé est un prématuré encore hospitalisé ou porteur de pathologies particulières ce qui nécessite un avis plus complet). Si vos symptômes perdurent depuis plus de 24h sans évolution favorable une consultation est nécessaire très rapidement. Toute situation de mastite devrait justifier de consulter car elle survient sur un terrain et une conduite d’allaitement qui la favorisent, il est bon de pallier à cela pour éviter toute récidive et consolider le cours de l’allaitement. Vous pouvez également trouver de l'information ici.




Je dois reprendre le travail, je voudrais continuer mais c’est compliqué ...


Organisation, fatigue, production de lait .. tout cela met un doute. Beaucoup de repères donnés couramment vous amènent à perdre confiance en vous et penser ce projet insurmontable (don du biberon au bébé pour l’habituer, volume indiqué pour la tétée, modalités de conservation du lait…). La plupart des mamans qui viennent en consultation dans l’idée de sevrer ou passer en mixte à ce moment là disent “finalement, vu comme ça, je vais encore continuer un peu ..” parce qu’il existe un niveau d’informations vous facilitant la vie, repères liés au bébé allaité, organisation sur-mesure, matériel adapté et individualisé : vous pouvez choisir d’arrêter, de passer en mixte ou de poursuivre sans que ce soit trop lourd à porter.





IBCLC Guadeloupe Muriel Mermilliod
consultante en lactation Guadeloupe membre ILCA
reprendre l'allaitement exclusif Guadeloupe
allaitement maternel Guadeloupe Muriel Mermilliod

© Lait’xcellence 2019